BIENVENUE CHEZ APPAMME

info@appamme.org     819 563-1363     lun-ven, 9 -12 / 13:30 -16:30

Trouble bipolaire

Autrefois appelé maniaco-dépression, cette maladie se caractérise par deux phases ou deux pôles (d’où l’appellation bipolaire), soit la phase de manie et la phase dépressive.

La manie est caractérisée par une humeur expansive ou irritable ainsi qu’un degré d’activité élevé qui contraste avec le fonctionnement normal de la personne atteinte. La phase dépressive se caractérise par une humeur dépressive et/ou une perte d’intérêt ou de plaisir ainsi que d’autres symptômes qui sont décrits plus bas.

La personne atteinte d’un trouble bipolaire peut, par exemple, vivre un épisode de manie suivi d’une période d’humeur normale durant de quelques heures à quelques semaines, puis d’un basculement vers la dépression, et enfin, d’un retour à une humeur normale. L’épisode de manie peut, en l’absence de traitement, durer de quelques jours à quelques semaines, voire quelques mois; la dépression qui suit est généralement un peu plus longue.

Symptômes

Épisode de manie

• La personne présente une humeur anormalement euphorique, expansive ou irritable.

 

Ces autres symptômes peuvent également être présents :

• Augmentation marquée de l’estime de soi ou idées de grandeur.
La personne a l’impression que tout lui est possible, elle entretient des idées de grandeur qui l’amènent a considérer qu’elle est destinée à réaliser de grandes choses.

• Diminution du besoin de sommeil.
La personne dort très peu : le sommeil peut ne durer que 2 ou 3 heures par nuit. Il est commun que la personne se lève durant la nuit pour entreprendre différentes activités auxquelles elle s’adonnerait durant la journée, par exemple, faire du ménage, des travaux d’entretien, etc.

• Le débit verbal est accéléré.
La personne ressent un besoin accru de parler, parle vite ou plus fort qu’à son habitude, passe rapidement d’un sujet à l’autre sans nécessairement compléter son idée ou sa phrase.

• Présence de nombreuses idées et de projets réalistes et irréalistes.
La personne s’investit dans divers projets. Elle multiplie les engagements et y consacre beaucoup plus de temps et d’énergie qu’à son habitude. Il est toutefois commun que les projets amorcés durant une période de manie soient abandonnés en cours de route, sans être menés à terme par la suite.

• Troubles de l’attention ou distractibilité.
La personne est facilement distraite, son attention étant trop facilement captée par des stimuli extérieurs sans importance (par exemple, un bruit ou un mouvement perçu du coin de l’œil). Elle peut également avoir de la difficulté à se souvenir de ce qu’elle vient de dire.

• Agitation.
La personne bouge constamment, a du mal à rester assise calmement, sensation d’être survoltée.

• Augmentation des activités à risque.
Par exemple, activités sexuelles avec d’autres partenaires et sans protection, une conduite automobile dangereuse, des achats irréfléchis, etc.

Épisode dépressif

La personne présente :

• Une humeur dépressive présente presque toute la journée, et ce, presque tous les jours.
La personne exprime se sentir triste ou vide, elle a tendance à pleurer facilement ou à avoir envie de pleurer sans en être capable.

et/ou

• Une diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir dans presque toutes les activités.
La personne est incapable de ressentir du plaisir à accomplir une activité qui autrefois était plaisante ou elle manifeste une perte d’intérêt pour le travail, les loisirs, les gens.

Ces autres symptômes peuvent également être présents :

• Un changement de poids significatif en l’absence de régime.
Le plus souvent, il s’agit d’une perte de poids, en l’absence d’efforts en ce sens, mais une augmentation du poids est également possible.

• Insomnie ou, plus rarement, hypersomnie
Insomnie : difficulté à s’endormir, la personne se réveille fréquemment la nuit ou très tôt le matin (4 h ou 5 h) ou sommeil non réparateur.

• Agitation ou ralentissement psychomoteur.
Agitation : la personne teinte bouge constamment, à du mal à rester assise calmement ou a la sensation d’être survoltée.
Ralentissement psychomoteur : Plus fréquemment, la personne atteinte vivra un ralentissement de ses pensées et de ses mouvements. La personne parle lentement, ses réponses se font attendre, la tonalité de sa voix diminue, elle bouge moins ou moins vite.

• Fatigue ou perte d’énergie presque tous les jours.
La personne atteinte se trouve incapable de vaquer à ses tâches quotidiennes habituelles sans devenir exagérément fatiguée. Sortir du lit peut lui sembler très pénible.

• Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée.
La personne se sent « bonne à rien », incompétente, sans valeur ou représentant un fardeau pour les autres. Elle peut même s’attribuer la responsabilité d’événements déplaisants qu’elle n’a pourtant pas provoqués.

• Difficulté à réfléchir, à se souvenir de certaines choses, à se concentrer ou à prendre des décisions.
La personne se sent indécise au sujet de choses pour lesquelles elle ne ressentait pas cette indécision; par exemple, choisir entre deux activités agréables, entre deux repas appréciés, etc. La personne a plus de difficulté à ordonner ses idées et elle est plus lente à les exprimer.

• Pensées récurrentes sur la mort ou le suicide.
Si vous croyez que quelqu’un de votre entourage a des pensées de mort ou pense au suicide, il est important de lui poser clairement la question, à savoir si elle pense à se suicider ou à mourir.
Contrairement à la croyance populaire, cela ne provoque pas de passage à l’acte suicidaire. Poser la question peut réellement sauver la vie de la personne suicidaire. En cas de besoin, n’hésitez pas à demander du soutien auprès d’une ressource spécialisée, telle que JEVI Centre de prévention du suicide – Estrie au 1 866 APPELLE.

Les symptômes de manie et de dépression amènent une souffrance significative chez la personne et nuisent à son fonctionnement social et professionnel.

Traitement

Il existe deux aspects importants au traitement :

 

Modification du mode de vie :

• Avoir un sommeil de qualité, en quantité suffisante

• Avoir un rythme de vie régulier
Heures de repas, de coucher et de lever régulières, pratique d’activités physiques de façon régulière, etc.;

• Éviter la consommation de drogues et d’alcool;

• Cesser ou diminuer la consommation de café, de tabac et d’autres stimulants

• Apprendre à bien gérer son stress
Cela inclut les boissons à base de cola, le chocolat, les boissons énergétiques, etc. ; Activités de détente, la méditation, le yoga, le recours à une psychothérapie, une pratique sportive régulière, s’entourer de gens soutenants, sont autant d’exemples favorisant une meilleure gestion du stress.

Médication : Elle est essentielle pour contrôler les symptômes.

N.B. Ces informations sont données à titre informatif uniquement. Seuls les professionnels habilités peuvent poser un diagnostic. Si votre santé mentale ou celle d’un proche vous préoccupe, nous vous encourageons à consulter un professionnel.

L'APPAMM-ESTRIE salue l'appui financier de
Fondation Bon Départ De Canadian Tire Du Québec